Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 02 avril 2017

Près d'un lac

Un matin ou peut-être une nuit

Près d'un lac, elle s'était endormie

Elle chantait les ombres et la lumière

D'une voix emprunte de mystère

Dans la brume je vis la dame en noir

Je sentis renaître mon espoir

Un beau jour ou peut-être une nuit

Près d'un lac où affleurait la vie

Souvenir d'un chant indélébile

D'une passion à la silhouette fragile

 

(Pour Ecureuil bleu)

lundi, 19 septembre 2016

Le poète connecté

Longtemps après que les poètes ont disparu

Leurs poèmes courent encore dans la rue

La blogosphère qui les a vu naître

Leurs mots toujours fera renaître

C'est donc cela l'éternité

Des mots jetés sur le clavier

lundi, 04 avril 2016

Baigneuse d'autrefois

Baigneuse d'autrefois dans son costume de nostalgie
Qui dissimule son corps du cou jusqu'au mollet
Elle marche lentement sur la plage d'antan
Et salue pudiquement son époque prospère
Baigneuse de jadis dans sa cabine de bain
En rayures sensuelles, cachée sous son ombrelle
Qui prend des bains de mer et de foule, radieuse
Belle Epoque d'insouciance et de ravissement.
 
(Pour Ecureuil bleu)

vendredi, 18 mars 2016

Les mots

Tous les mots qui s'obstinent ainsi à m'émouvoir

A mon inspiration, qu'ils permettent de fleurir

Et tous ceux qui dormaient au sein de ma mémoire

Nés de tous mes secrets ou de mes déplaisirs

Je les pose lentement sur l'intime écritoire

Qui peut s'enorgueillir de pouvoir me guérir

lundi, 07 mars 2016

Avenir

Malgré mon désespoir et les pleurs que je verse

Je garde la certitude du retour du printemps

En dépit des vents forts et des nombreuses averses

Je crois à l'avenir et je marche en avant

Mes soucis, mes tourments qu'Eole ainsi disperse

Effacent tous les maux des souvenirs d'antan

 

(Les vers 1 et 4 sont de Louise Colet que j'ai découvert sur un blog mais j'ai oublié de noter lequel)

mercredi, 06 janvier 2016

Encore

Jours, semaines et mois

Un an passé déjà

Vous êtes toujours morts

Nous vous pleurons encore

Beaucoup vous ont suivi

Sont-ils au paradis?

Prendre une feuille, un crayon

Et crier "mort aux cons!"

Acheter Charlie Hebdo

Se faire des cadeaux

Même pas peur de la mort

Vous nous faites rire encore

Regarder la télé

Aimer la liberté

Parler et se moquer de tout

Des sages comme des fous

Le temps n'efface rien

On cumule les chagrins

Vos assassins sont morts

Nous vous pleurons encore

Des gens à rencontrer

Et des débats d'idées

Bien manger et bien boire

Et tant de choses à voir

Dans la ferveur des jours

Nous pratiquons l'humour

En souvenir de vous

Et pour vivre debout.

mardi, 01 décembre 2015

Octobre

C'est la saison des vendanges

Il est temps que l'on engrange
C'est le moment des louanges
Et d'une fête très étrange
 
C'est l'époque du raisin
Sortons donc les parchemins
Et oublions les chagrins
Vivent sorcières et diablotins
 
C'est le temps de Création
Le vin est une religion
Potimarrons en coction
Et champignons en potion
 
Un bon feu de cheminée
Un pot au feu mijoté
Un verre de rouge mordoré
L'automne est ma préférée
 
(Pour Ecureuil bleu)

vendredi, 06 novembre 2015

Dans le cartable du temps qui passe

 

DSCN8725.JPG

 

Dans le cartable du temps qui passe

 

Retrouver la rentrée des classes*

 

Mes deux premières meilleures amies

 

Le porte-plume et les copies

 

Les petits cahiers à carreaux

 

Et le début de tous mes mots

 

Peurs et angoisses par milliers

 

L’encre noire et les encriers

 

Ma blouse neuve et colorée

 

Les billes et les jeux effrénés

 

Naissance de ma timidité

 

La cour de récré ombragée

 

Et ma première maîtresse d’école 

 

Que j’admirai comme une folle.

 

 

DSCN8727.JPG

 

 

(* J'ai fait ma première rentrée des classes en CP, je n'ai pas fait de maternelle avant, c'était en septembre 1970 à l'école Grusse Dagneau à Saint-Gratien, l'année suivante j'entrai à l'école Jean Moulin une école toute neuve construite dans ma cité. Ma première école était ancienne et on nous faisait écrire au porte-plumes, plumes sergent major et encre noire à verser dans les encriers, pas de tâches sinon punition! En entrant dans ma nouvelle école je suis passée au porte-plumes à cartouches. En entrant à l'école, je me suis découverte timide et complexée, ce que je n'étais pas avant mes 6 ans, bien à l'abri dans mon cocon familial. Cela a été un grand choc pour moi.)

 

(Pour Ecureuil bleu)

lundi, 21 septembre 2015

Dans les flots mauves de mes pensées

Dans les flots mauves de mes pensées

Les souvenirs de mon passé

En veloutes outrepassées

M'enlacent à la dérobée

 

Journées de fêtes endimanchées

Palabres vives des veillées

Aux douces heures de l'amitié

Quand on croit en sa destinée

 

Quelques traces d'une apogée

Et de tristes choix erronés

Quelques amours naufragées

Réminiscences embrumées

 

Pétales d'espoirs en jonchées

Des émotions comme des trophées

Des sentiments consolidés

Par quelques mots enluminés

 

(Inspiration trouvée sur le blog de Marie Minoza : "Dans le flou mauve des pensées")

 

 

lundi, 14 septembre 2015

La Grande Roue

 

roue.jpg

 

C'est la roue de la fortune, la roue de la vie

Elle tourne et te voilà au plus haut de la roue

Alors tu fais la roue comme un paon mais, profites en vite!

Elle tourne et te voilà au plus bas de la roue

Tu te sens inutile, comme la 5e roue du carrosse

Mais ne te laisse pas aller, ne part pas en roue libre

Et ne te venge pas, ne mets pas de bâtons dans les autres roues

Soit plutôt, en toutes circonstances, une roue de secours

Qui pousse à la roue des autres

Et la roue tournera à nouveau

Et tu deviendras guide, roue de gouvernail

C'est la roue de la vie, la roue de la fortune...

 

 (Pour Ecureuil bleu)